voiler le viol

voiler le viol

 

femme apres un violA la demande d’une copine du net, je vous raconte comment j’ai fait pour dépasser si vite et apparemment aussi facilement des expériences douloureuses, comme le viol.

J’ai une petite caractère quand même assez bien trempée, lol! A grand désespoir de mes parents. Je ne laisse personne le contrôle sur moi….(bien sur c’est arrivé que j’étais amoureuse des “mauvaises” personnes et que temporairement je me suis laissée influencer….mais ça aussi, vite oublié par la suite)

 

Bref, le viol….en soi le viol est un acte qu’on nous fait contre notre volonté….ça commence par ça. Le viol en soi, l’acte physique en elle même, ne dure que quelque temps….c’est horrible pendant ce temps là, je ne nie aucunement l’acte en elle même, mais la personne qui nous l’a fait subir, n’a ce pouvoir sur nous que pendant le temps que l’acte se passe….

Personnellement, après les viols que ‘jai subi (inutile de rentrer dans les détails, un viol est un viol, peu importe comment cela se passe) de par mon système de penser de l’époque déjà, c’était fini.

Je me prenais une bonne douche (pendant quelques heures néanmoins) et ensuite je reprenais ma vie d’avant. (bien sur avec un souvenir de viol en plus, sur lequel j’allais devoir travailler un peu, mais néanmoins, c’était un souvenir, c’était hier, pas aujourd’hui)

http://fr.dreamstime.com/femme-dans-la-douche-thumb27046099.jpg

Bien sur, les pensées venaient, du style: “cela n’aurait jamais du se faire!”   ou bien: “il n’avait pas le droit!”

Mais chose est, que cela s’est fait….et que penser de cette façon n’y changeait rien du tout….

Cette chose là, je l’avais vite compris…j’avais vite vu, inconsciemment, que quoi que j’en pense, si injuste que je puisse trouver cela, la chose s’est fait et toutes les pensées du monde n’y changeraient rien.

Donc tant qu’à faire, chaque fois que ces pensées se présentaient dans ma tête, je voyais leur inutilité et je me mettais à penser à autre chose.

Le mec avait peut être eu son moment, mais je refusais de lui donner plus de pouvoir sur moi que ce moment là.Il a peut être eu mon corps, mais ma tête m’appartient!!! non mais!!!!

Vous allez trouver cela peut être choquant comme comparaison, mais cette tactique je l’ai souvent utilisé dans ma vie, pour arrêter la clope, la drogue ou que sais-je….

J’avais vite compris que ce n’est pas le mec qui a le pouvoir dans ma tête, mais moi!

Et que je peux remplacer mes pensées….qui bien sur, venaient hein? Je ne suis pas un extraterrestre;…les pensées qui criaient à l’injustice, (ou dans le cas des clopes ou drogues, des pensées de “besoin”) venaient dans ma tête, et avec les pensées, venaient inlassablement, des émotions….faut comprendre qu’avant chaque émotion, il y a une pensée qui l’a déclenche, si subtile soit elle…

Mais avec le temps, chaque fois que je cessais de nourrir cette pensée (en me laissant m’entraîner par elle, jusqu’à dans les émotions) et que donc je changeais de pensées, plus longtemps cette pensée s’éloignait de moi.

C’est un peu comme un enfant….il demande des bonbons….plus que j’en donne, plus souvent il va revenir….si j’arrête de lui en donner….il va revenir, voir si cette fois ci je lui en donne encore…mais au fur et à mesure qu’il voit que “non, pas de bonbons!!” un jour il cesse de revenir.

Et bien, les pensées c’est ça.

Le mec, m’a violé pendant un  moment. Mais à chaque fois que je revis cet instant dans ma tête….c’est moi même qui me viole, pas lui. ET cela je ne me permettais pas. Chuis pas masochiste, hein?!!!

Donc, comme les pensées peuvent être collantes, je m’occupais….(et cela compte autant pour quand je voulais arrêter la drogue par exemple) Il faut un petit peu d’entraînement, mais l’envie de survie était bien plus fort que l’envie de me laisser violer et violer dans ma tête, question de connaître ses priorités madame  😉

La pensée survient…(et immanquablement l’émotion douloureuse…..) et donc, je changeais de pièce, j’allais me servir un verre d’eau, ou j’allais appeler quelqu’un, ou j’allais aux toilettes….ou bien, je m’imaginais une chose que j’aime bien…et petit à petit ces pensées prenaient plus de temps avant de revenir….et l’impact des émotions aussi diminuait…jusqu’au jour où je pouvais me le remémorer si je voulais, et encore, il n’y avait plus aucune émotion attachée à ces pensées….

Haïr quelqu’un ou une situation, ne fait pas de mal à cette personne, mais à nous mêmes. Pourquoi vouloir nous punir en plus de ce que nous avons vécue? Non, c’est bête, il est plus logique de s’en servir comme expérience qui nous a rendue plus forte….on va pouvoir aider les autres, quand nous trouvons le chemin vers la guérison, et cette expérience du coup change de visage…devient même lumineuse, car ce n’est qu’un souvenir, rien d’autre….un souvenir qui nous aide à évoluer…à mieux comprendre des mécanismes en nous. Et bizarrement, même de comprendre en quelque sorte le violeur…..Car pour agir de cette sorte….il ne peut pas être une personne heureuse, même si il fait semblant…

Quelqu’un qui vit le plein bonheur, n’est pas capable de faire du mal à autrui….le violeur, aggresseur ou même le terroriste, à l’intérieur, il vit déjà dans l’enfer de ses propres pensées….et il l’extériorise en faisant du mal/

Mais nous pouvons transformer le mal en bien. C’est ça le pouvoir que nous ayons, suffit de le voir et de le vouloir….il y a de la lumière en nous, et nous l’avons oublié….et éteint, parce que nous croyons injustement que d’autres pouvaient avoir du pouvoir sur nous…et beh non! Nous vivons dans notre tête et eux dans la leur!! ouffe!!

Maintenant, reprenez ce pouvoir, retrouvez l’interrupteur et allumez cette lumière pour briller!!!

 

J’ajoute ici une chose qui est néanmoins important: “Les filles ! Je n’exprime ici qu’un ressenti personnel, je ne veux pas vous donner l’exemple. Moi c’est moi, mais vous, c’est vous. Si vous avez été victime de viol ou si vous pensez que vous l’avez été, il faut en parler ! Le viol est un crime puni par la loi. En ne poursuivant pas votre agresseur, vous prenez le risque qu’il fasse d’autres victimes, qui ne réagiront pas aussi “bien” que j’ai pu le faire. En France, faites le 17 (la police) ou appelez le 0 800 05 95 95 (c’est le numéro vert -gratuit- de Viol femmes informations).

 

Tags:
,
4 Commentaires
  • Steph Ghesq
    Posté à 23:37h, 28 juillet Répondre

    Etonné qu’il n’y ait pas eu le moindre commentaire sur cette confession si forte…
    Quelle force de caractère, bravo !…un homme est mal placé pour comprendre jusqu’au fond la souffrance d’une femme violée, il est cependant notoire que ça peut infecter le coeur, tel un serpent qui revient mordre régulièrement sa victime…par le souvenir, comme tu dis. L’aspect psychologique de cet évènement me rend curieux, vis à vis de ta carrière etc…( qui n’a peut-être rien à voir, je suis juste curieux… je te laisse la pudeur de ton interprétation à ce sujet ) J’ai du mal à imaginer que tu n’aies pas eu une phase, au moins, de haine réelle envers le coupable. Pour évacuer la douleur. Ou alors j’ai mal compris ce qui était suggéré. Toujours est-il que tu fais preuve d’une grande force, admirable.
    Paragraphe langue :
    A la quatrième ligne ” Au grand désespoir de mes parents.”
    A la sixième ligne, “Bien sûr, il m’est arrivé d’être amoureuse des mauvaises personnes et de m’être temporairement laissée influencer.” serait une bien meilleure formule.
    Ligne dix ” l’acte en lui-même”.
    Deux lignes sous la photo de la douche, à la place de ” Mais chose est, etc…” ( ça ne veut rien dire lol ) écrire ” Mais le fait est que c’est arrivé…et penser…” ou alors ” Mais une chose est sûre, c’est arrivé…et penser…”
    Dernier paragraphe ” C’est ça le pouvoir que nous avons, ”
    Bon, il y a d’autres petites choses que je ne relève pas, mais ce bel article, fort, sera un peu amélioré par mes
    remarques.
    ( T’inquiètes, je ne vais pas passer mon temps à te faire des commentaires de correction partout )
    Je suis épaté par la puissance de ton esprit…sincèrement… c’est grand et, à mon humble avis, nombre de femmes devraient lire ce post.

    • Esther Kooiman
      Esther Kooiman
      Posté à 17:55h, 29 juillet Répondre

      ah les viols se sont passe bien apres mon choix de carriere, cela n’a donc rien influence, heureusement. je l’avais deja poste une fois sur FB et bien de copines m’ont contactes par la suite en prive. Je suis sur un clavier qwerty donc je ne pourrais que corriger une fois revenue en france. merci mon cher cher ami

  • Tophe
    Posté à 17:57h, 29 juillet Répondre

    T’as un mental fort mais d’autres filles ont du mal à la faire. J’espère que cet articlé pourra les aider à renforcer mentalement

  • Gonzague
    Posté à 20:40h, 29 juillet Répondre

    Tu sais la peur, la terreur, c’est dans la tête que ça se passe, c’est l’imagination qui fait tout. Alors, vide ta tête, essaie de pas imaginer. Tu serais étonné de voir à quel point tu peux être courageux.

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre