Une drôle d’image

Une drôle d’image

Fascinant comment les gens, moi incluse, ont des images de personnes dans leur esprit. On voit une personne et tout de suite une histoire se forme, à partir de leur façon de s’habiller, de parler, leur parfum ou manque de ce dernier.

 

On ouvre le tiroir des souvenirs et on attache certains souvenirs, certaines expériences, positives ou négatives, à ce que l’on trouve dans cette nouvelle personne. Justifiée ou pas.

 

On voit des personnages publiques et on s’imagine qu’ils sont toujours ainsi. Par rapport aux rôles qu’ils ont joués ou bien par rapport à ce que les médias nous en raconte, car, on le sait tous, ce qui est dit dans les  journaux est forcement la vérité, n’est-ce pas ?!!

 

Par exemple, quand je me couche le soir, je suis forcement habillée de façon très sexy. Guêpière, bas en dentelle et même mes talons, c’est pour dire !

 

Je ressemble vraiment à cette image qu’on a de moi !

 

(sauf pour ceux qui me connaissent et savent que j’adore me trimballer en pyjama, grosses chaussettes et sans maquillage, ceux là se plient en deux de rire en entendant cela).

 

On juge, même sans le savoir. On marche dans une ruelle mal éclairée avec une personne de couleur derrière nous, automatiquement on a  peur, car ce sont toujours eux qui attaquent.

 

Les musulmans sont forcement tous des terroristes et les stars du cinéma sont tous riches et sans blâme.

 

D’ailleurs, ce sont des personnages publiques, donc on a le droit de leur parler quand et comment on le veut !

 

Mais une fois qu’on enlève le voile devant nos yeux, le monde semble parfois s’écrouler, car les personnes ne sont pas toujours telles qu’on les a imaginées. Elles ne sont pas toutes belles et bonnes, ou moches et méchantes.

 

Ils sont… eux, tout simplement. Et en regardant la personne évoluer devant nos yeux, sans qu’on se raconte d’abord une histoire à leur sujet, on pourra peut-être y découvrir un vrai trésor !

 

Arrêtons un instant de se raconter des balivernes pour apprendre la vraie valeur des personnes que l’on rencontre.

 

Sur ce, je vais enlever le verre de champomy de ma bouche et remettre mon jogging sexy !

3 Commentaires
  • Tophe
    Posté à 13:14h, 30 juillet Répondre

    Ben zut, moi qui pensait que tu collais les affiches en nuisette ! Ha ha

  • Anne Marie Hottart
    Posté à 14:48h, 30 juillet Répondre

    pyjama en pilou quand c’est l’hiver P ? C’est vrai que certaines personnes s’imaginent des choses qui n’existent pas par rapport à une autre et qui ne veulent pas voir, j’ai remarqué que ma propre soeur ne me connait pas du tout et ne veut pas me connaître ni s’intéresser ne serait-ce qu’à mes hobbys , Alors que je fais des efforts pou les siens ou pour son métier je trouve ça triste

  • Steph Ghesq
    Posté à 19:39h, 30 juillet Répondre

    Je crois avoir déjà écrit cela en substance après le même article sur zara-ecolo mais je me répète : Comme tu le sais, du point de vue spirituel – du spirituel avisé et mature – on n’identifie pas l’être d’une personne à son métier, sa religion, sa culture, son sexe… bien entendu, culture, métier, sexe, religion, avec l’éducation parentale, guident en partie ses actes, bâtissent l’édifice de ses croyances et comportements, mais le fond commun à toute l’humanité est identique, lumineux et noble. Détaché de tout cela.
    Epuiser les plaisirs du corps par mille combinaisons n’entame rien de ce qui est éternel en nous, mais peuvent seulement épaissir le voile qui nous sépare de la vérité pendant un temps.
    La sexualité est une énergie colossale…nul besoin d’être spiritualiste pour le conclure, le moindre psychologue et toute personne dotée du bon sens le sait. Ceux qui te jugent ou t’injurient s’embrasent d’un feu qu’ils croient de colère mais dont les flammes sont des plus érotiques, en vérité….quelque part dans le Roi Lear de Shakespeare ( mon auteur fétiche ) il y a cette phrase ” Tu l’accuses de ce que tu voudrais faire avec elle !”…bon résumé… quant aux femmes qui déversent leur fiel sur ton passage, c’est leur ventre, aussi, qui parle sous le masque de la morale…avec, peut-être, une peur de désirer faire la même chose…beaucoup de femmes ont peut-être peur de leur puissance sexuelle, qui en effet peut-être énorme… je crois.
    Tu es l’exemple de la femme qui s’arrache à ces préjugés, qui s’arrache à ce destin que l’on voudrait pour toi : Tu mets en avant ta richesse, te belle âme, tel un trésor posé sur ce ventre accusé par beaucoup et qui, irradiant son or, éclaire ta personne sous un angle lumineux. Cet or finira par te refaire une beauté aux yeux même de ceux qui te condamnent, d’une partie d’entre eux. Je sais quels dommages cette carrière engendre chez certaines ( drogue, addiction au sexe extrême et donc dangereux, problèmes physiques, déchéance sociale complète, etc..)…Ce que tu es devenue me fascine plus que mes souvenirs d’écrans. Tu le sais. Bon allez, j’arrête là mon roman.

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre