on nous vole notre culture, nos traditions

on nous vole notre culture, nos traditions

tour eiffelJe vous prie de me croire sincère dans ma démarche de vouloir comprendre cette phrase, car vraiment, je ne la comprends pas. Qu’est-ce la culture? Les monuments magnifiques du pays? La musique? La nourriture? Les fêtes religieuses? Les traditions, style corrida? La langue?

J’ai beaucoup voyagé et comme vous le savez probablement, je ne suis pas née en France. J’ai une profonde reconnaissance envers la France de m’avoir accueillie et venant des pays-bas, je ne me sens pourtant ni d’une culture ou d’une autre. Oui, dans mon pays natal on parle une autre langue, on fête st Nicholas le 5 décembre, l’architecture est différente, car adaptée au pays et son climat.

Mais avant toute chose, je me sens humaine. Et cela je peux l’être partout. Je ne me sens pas attachée à autre chose que l’humanité et la planète.

Donc quand il y a des personnes qui me disent qu’on peut nous voler la culture je ne comprends pas. On ne vient pas détruire les monuments de la France?On doit être habillé laïque  dans les endroits publiques, cela est la loi tout autant que le fait de ne pas voler, ni de tuer. On nous enlève notre façon de manger alors? Bin, je mange ce que je veux, des jours c’est italien, français ou un kebab ( vegetarien pour ma part)

J’écoute du jazz, blues, et variété française, il y a de la choix… est-ce que cela est de voler la culture française?

Est-ce que s’accrocher au passé nous emmène quelque part? Est-ce que certaines traditions ne sont pas dépassées? Doit on avancer ou reculer pour vivre?

Je comprends que la vision des jungles style Calais ou bien la porte de la Chapelle sont horribles! Autant pour les habitants des lieux, que pour les migrants. Personne ne veut cette situation. Et j’ai parfois un peu l’idée qu’on fait un peu exprès de garder la situation telle quelle, pour donner peur au peuple Français. Avec les moyens que l’on a, je suis certaine qu’on pourrait mieux gérer la situation et ne pas stocker des centaines de personnes dans les rues. Mais un peuple qui a peur est un peuple que l’on gère mieux. Ceci , cette situation, crée que de la haine. Perso, même si je suis déjà un migrant, si je me sens en danger dans un pays, je suis la première à prendre mes enfants et les emmener ailleurs.

Pourquoi voit on plus d’hommes que des femmes? Oui, question réaliste. Savez vous ce que leur voyage est? Comment c’est physiquement et mentalement épuisant? La plupart des femmes n’ont pas le choix, car parfois emmener les enfants est trop dangereux voire impossible pour ces petits, voire trop cher. Beaucoup d’enfants disparaissent ou meurent. Beaucoup de femmes ne peuvent survivre un tel voyage et c’est le mari qui part d’abord,préparer le terrain pour sa famille.

Mais que peut il voler? Travail? nos entreprises sont pour la plupart délocalisées, même sans migrants il n’y a pas de travail.

Maintenant, oui, la radicalisation devrait être vaincue! Mais ne soyons pas nous mêmes radicaux. Essayons de voir l’humain avant toute chose.

Mais… j’ai peut être tort et je n’arrive pas à comprendre, expliquez moi alors ce qu’on peut nous voler?

2 Commentaires
  • Christophe
    Posté à 17:18h, 30 septembre Répondre

    Je *crois* qu’il y a 2 sortes de personnes qui tiennent ce type de propos. D’une part, les racistes qui ne s’assument pas et qui dissimulent leur peur de l’étranger derrière une vague histoire de culture — culture à laquelle ils sont bien souvent hermétiques –, d’autre part, ceux qui perdent leurs repères et en tiennent rigueur aux “étrangers” (exemple fictif: des festivités lors de fêtes catholiques supprimées -> on en voudra aux musulmans même si ces festivités sont supprimées pour des raisons budgétaires). Lorsque les représentants de cette seconde catégorie parlent de culture, ils font plus probablement référence à la culture populaire locale (leurs vieilles habitudes, en somme), et, probablement sans en avoir conscience, au fait qu’ils ne sont pas capable de s’adapter à sa mutation (ou au fait qu’ils estiment que ce sont les autres qui doivent s’adapter).

    Comme toujours, il ne s’agit que de mon opinion, qui n’est basée sur rien d’autre que de l’observation. N’y vois donc rien de scientifique. 🙂

  • STEPH GHESQ
    Posté à 21:34h, 01 octobre Répondre

    A bien ressentir la situation, je pense que nombre de révoltés contre ce changement possible de société en France sont en réalité révoltés contre une changement “d’état d’esprit’, ce qu’ils croient être un état d’esprit typiquement français, fait d’un mélange de côté “beauf”, d’un sens de la politesse en groupe, et d’un goût pour la convivialité tranquille autour d’une table garnie de mets qui leur rappellent leur enfance….je caricature à peine… Je crois que la peur est celle, avant tout animale, des jeunes mecs entre 18 et 35 ans d’origine africaine et moyen-oreintale,, incontrôlables et guerriers. Enlève cette catégorie…imagine des migrants sans ces mecs… y’aurait-il peur ?… honnêtement ?…je ne crois pas. Ou bien moins.
    Cela étant dit, abolir les frontières économiques et ethniques est une obsession néo-libérale…et rien que pour cela, remettre en cause ce projet peut être intéressant.. Eclairant.

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre