L’identité…nationale

L’identité…nationale

identité regionaleDes le moment que l’on est né, on commence à se créer une identité. D’abord avec le corps, avec ce nom qu’on nous donne, avec les parents, avec notre langue maternelle, avec la maison etc.

On a des valeurs, pas pareilles dans chaque pays, une langue parlée dans le pays où l’on vit, l’histoire (appris du point de vue du pays où l’on vit) qu’on apprend à l’école, notre religion éventuelle etc.

Mais cette identité nationale, c’est quoi exactement? Car, si j’ai bien compris, chaque région a déjà une identité différente. Parler de cette soi disant identité nationale crée que des confusions et des peurs. On possède une identité liée à la France, les “autres” viennent nous démolir cette identité. Et le racisme, la peur des immigrés, l’extrême droite (des peureux à la base) monte. Mais que peut on nous enlever exactement? Notre langue? Nos religions (pourtant nous sommes un pays laïque) notre nourriture, la baguette?Le vin? Quoi exactement?

Tant que nous restons, et insistons pour le rester, laïque, interdisons le prosélytisme de toute religion, le racisme, gardons nos valeurs. Cela va de soi! Apprenons aux immigrés de parler la langue d’ici, pour mieux pouvoir communiquer avec nous, mais en quoi devrons nous leur apprendre une identité nationale que l’on sait même pas nous-mêmes ce que c’est exactement.

Je pense que d’abord, nous devrions dire, notre identité de valeurs, notre identité humaine. Car nous avons cela en commun, l’humanité. Après c’est une histoire de langues, de traditions (qui, pardonnez moi, ne sont pas tout exemplaire, parlons un peu du gavage, de la corrida, des églises catholiques qui enseignent la haine envers les noirs, juifs et sont négationnistes)

L’identité humaine devrait être mise en avant. Nous pouvons nous battre pour un morceau de terre, mais l’air que nous respirons est la même, l’eau que nous buvons, notre atmosphère, nos océans, tout cela, nous l’avons en commun, si nous sommes en France ou ailleurs. Nous pouvons continuer nos guerres de possession, mais nous pouvons aussi être un peu plus intelligents que cela et penser à ce que nous avons en commun et essayer de protéger cela. Célébrer notre diversité et arrêter de s’accrocher à un bout de terre, mais vivre en harmonie.

Faudrait structurer notre politique dans ce sens, ensuite employer cette même idée en Europe où là aussi, on n’est pas tout égaux, travailler ensemble pour protéger un tout et chacun, pas des bouts de terre, mais l’atmosphère, le bien être de chacun. Là nous protégeons les banques et les frontières. C’est cela, être humain?

Aucun commentaire

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre