Quand l’espérance devient force créatrice

Quand l’espérance devient force créatrice

photo de zara whites en maquillageSortir de sa coquille… tout doucement. En tâtonnant, un peu perdue, un peu peur aussi. Après une longue hibernation de 5 années, sans émotions autres que de la tristesse, le vide ou la perte d’espoir. Sans énergie, en léthargie.

Sortir de ma coquille, mettant ma main tremblotante dans celle qui donne confiance.

 

Oser respirer l’air fraîche, oser ressentir, humer la vie, reprendre courage et redonner souffle à l’envie d’être unifiée.

Sortir de ma coquille et sentir les pulsations de mon coeur en unisson avec un coeur offert. Savourer la texture et l’intensité de l’amour.

Sortir de ma coquille et me mettre à écrire ce que je ressens, m’inspirer des choses que je vis, des choses qui m’arrivent, des choses…interdites.

Sortir de ma coquille et avoir envie de jouer le jeu encore et toujours. Me remettre dans les couleurs devant l’objectif en essayant d’oublier mes défauts et en puiser une force créatrice. Croire en soi à travers les autres… l’autre.

Sortir de ma chrysalide et déployer mes ailes brisées, mais en réparation. retrouver des saveurs, des couleurs, des parfums et des textures… vouloir reconstruire, créer, construire, goûter et aimer intensément, en toute liberté et avec avidité.

Sortie de derrière mon mur, j’ai trouvé la joie illuminer mon visage à nouveau. Et mes mains fortement tenues, mon coeur soulevé et soulagé… les briques tomberont en morceaux.

 

Aucun commentaire

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre