le suicide est égoïste?

le suicide est égoïste?

desespoirAttention à ce jugement, un peu trop simpliste. Il y a plein de raisons de vouloir mourir, non pas parce qu’on veut arrêter de vivre, mais parce que la douleur de vivre est trop grande. Et tout comme on prend des mesures pour arrêter quelconque douleur, le suicidaire fait de même.

Il y plein de pensées qui peuvent provoquer cette pulsion, et tant qu’il y a encore des raisonnements, on peut chercher de l’aide. Des questions, des remarques, des petites phrases ou poèmes, on peut voir si une personne y pense et ainsi essayer de l’aider, de le guider, doucement. Souvent c’est une quête qui prend un moment, où l’on y réfléchisse, à la façon de le faire, à quand, on fait des recherches, mais là, il y a toujours une sorte de raisonnement et bien de choses peuvent arrêter ce processus, de voir qu’on est aimé, qu’on a des enfants et qu’on ne peut pas faire souffrir ceux qu’on laisse derrière.

Ensuite, il y a des pensées plus négatives qui peuvent arriver, le mental qui trouve des excuses pour passer à l’acte, telles que “les enfants seront mieux sans un parent dépressif” ou ” à quoi bon vivre si ce n’est que pour souffrir” etc;

Là cela devient déjà plus dangereux, car le raisonnement s’émiette. Néanmoins il y a toujours raisonnement. Mais dans certains cas, ces personnes cherchent une date, et une fois trouvé la date de passer à l’acte, elles s’apaisent en quelque sorte, et peuvent même sembler joyeuses, on ne se doute donc de rien.

Puis, il y a dans certains cas, une douleur mentale tellement atroce, qui arrive en un instant, cela peut être un trauma qui s’ouvre, un accident, une discussion sur quelque chose de sensible qui provoque une souffrance si intense, qu’il n’y a plus de place pour raisonner. Le corps ne semble plus exister, même les pensées sont absentes et tout ce qui reste est la douleur mentale, chaque cellule de son être brûle et ce feu doit s’éteindre. La seule pensée qui existe est d’éteindre la lave qui coule du mental. Un reflex presque animal, irréfléchi.

Il est donc important d’apprendre à se désensibiliser un peu, pour qu’une telle chose n’arrive pas! prévenir vaut mieux que guérir.

Sensible que je suis, ce qui est un bien mais aussi une tare, je suis passée par chacune de ces phases et ces premières, on peut les dépasser. on demande de l’aide, on envoie des signaux, on se soigne.

Mais dans le dernier cas, pas moyen.

J’ai eu la chance que mon inconscience a demandé de l’aide, a envoyé des signaux. Complètement inconsciente du fait que je le faisais car je n’en ai aucun souvenir. Donc, quelque part, l’envie de vivre était encore en moi. Et j’espère ne plus jamais ressentir une telle douleur, car une prochaine fois, peut être, mon inconscience sera trop abruti. Bien sur, je fais tout pour me guérir et devenir plus imperméable, mais j’écris cet article pour que vous compreniez qu’un tel acte, est tout sauf égoïste, car il y a absence de raisonnement.

Et pour ceux et celles qui se trouvent avec des pensées noires, comme dans les deux premiers cas, je vous promets, on s’en sort! ça peut durer un moment, mais la lumière revient. J’ai trouvé un excellent article, qui peut vous redonner espoir, lisez-le, ça ne prendra que 5 minutes.

 

A ce qui est d’envoyer des signaux, je l’avais fait à un moment en écrivant ceci…  mais là j’étais encore dans le raisonnement et retrouvais la joie de vivre. Si jamais vous doutez d’un membre de votre famille ou amis, passez le voir et discutez en douceur. Moi, je remercie tous ceux et celles qui m’ont tendue la main, je vous aime!

suicide

le silence, presque imperceptible
dans le bruit intempestif de mes pensées
ce silence doucement prend une importance
et semble tout rééquilibrer

Il est dense, ce silence, dense et rempli d’absence
il m’attire, irrésistiblement dans ses bras à lui
il m’aspire, me fascine, et prend toute la place
il me fait devenir sa belle de nuit

Plus de cris, plus de crises, plus de larmes ou de peine
seule me reste l’envie de m’unir à lui
doucement dans ce silence je laisse me glisser
puis brusquement je suis réveillée par l’amour de la vie

Esther

pour info

Besoin d’aide ? France:
09 72 39 40 50

S.O.S Amitié

 

3 Commentaires
  • Eddy
    Posté à 13:00h, 11 novembre Répondre

    Il m’arrive souvent de penser à mourir, la vie m’apporte pas grand chose . Je lutte chaque jour pour continuer , je pense à mes enfants et à mes animaux et je sais que pour eux je dois continuer ils ont besoin de moi. Eddy

  • DM
    Posté à 21:49h, 20 novembre Répondre

    Voilà un sujet délicat, qui peut mettre mal à l’aise ou rebuter même.
    En lisant Esther, on comprend qu’elle sait de quoi elle parle et elle le fait avec une belle empathie.

    Je ne pense pas que l’acte de se suicider soit égoiste, car mettre fin à ses jours n’est pas un choix, mais un non choix : la personne ressent une telle souffrance qu’elle n’a plus d’autre possibilité pour arrêter de souffrir.
    De plus, je suis d’accord : la personne suicidaire est dans le ressenti, dans l’émotion et pas dans le raisonnement. Or une émotion n’est ni lâche ni courageuse ni égoiste.
    Il incombe justement à chacun d’entre nous, d’être à l’écoute de ses proches et d’autrui en général, de faire preuve d’attention, de compréhension et d’empathie afin d’éviter une telle extrême.
    Bref, de ne pas être égoiste.

    Juger l’acte suicidaire serait également égoiste car il permet à ceux qui restent de se rassurer, de se débarrasser de sa pensée.
    Les parents qui décident de mettre au monde un être peuvent le faire par pur égoisme ou par égocentrisme et le nouveau né n’a pas d’autre choix que de naître, d’exister et de mourir.
    Mettre fin à ses jours peut dans cette logique être un acte libre par excellence, on ne choisit pas de venir au monde, ayons au moins la liberté de le quitter.

    J’aime aussi l’idée que le suicide ne résout en rien ses problèmes ; on peut soulager et soigner la souffrance puis on peut revenir à la raison pour chercher des solutions (les causes directes les plus fréquentes du suicide sont la solitude et la dépression).
    Au fond, dans le désir de mourir se cache un désir de vivre qui ne demande qu’à être cultivé, plutôt qu’un désir de mort qui ne peut être le fait de causes externes.

    Camus avait un point de vue intéressant : pour lui le suicide est une solution à l’absurde !
    C’est reconnaître l’absence de toute raison profonde de vivre, le caractère insensé de cette agitation quotidienne et l’inutilité de la souffrance.

    A la différence de l’égoisme, le suicide peut être considéré comme une expérience, une recherche de réponses à des questions. Mais c’est impossible car la mort abolit la conscience de l’Homme qui devrait recevoir ces réponses.

    J’en viens du coup à un autre sujet, très proche : le suicide assisté (positif) ou l’euthanasie (négatif).
    Si l’on fait abstraction des exigences qu’imposent les religions, il est bien permis de se demander pourquoi le fait d’attendre sa lente décrépitude jusqu’à la décomposition (sauf si vous préférez l’incinération) serait-il plus glorieux pour un être vieilli, qui sent ses forces diminuer, que de se fixer lui-même un terme en toute conscience ?
    Dans ce cas, le suicide est un acte qui se présente comme tout naturellement et qui est une victoire de la raison.
    En cela, je pense qu’il mérite respect ou tout du moins réflexion.
    Le suicide assisté me paraît être une fin pleine de dignité, de soulagement et nullement égoiste.
    Sa décision est prise de façon collégiale entre l’intéressé, ses proches et le corps médical.
    C’est encore compliqué de faire « accepter » ce point de vue humaniste en France, pour le moment…

    Permettez-moi de terminer par une boutade, en citant le biologiste J.Rostand : « Tous les espoirs sont permis à l’homme, même celui de disparaître ».
    Alors tâchons de ne pas être pressés d’en finir.

    Bien à vous.

    • Esther Kooiman
      Esther Kooiman
      Posté à 10:21h, 21 novembre Répondre

      Ahhhh excellente remarque. Ceci me rapelle que je dois ajouter cela a mon programme. Je crois que j’ai ecrit a ce sujet. Je vais verifier, sinon je m’y mets

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre