je suis une femme, et je le revendique

je suis une femme, et je le revendique

femme soumiseJe sais que cette photo puisse heurter la sensibilité de certaines personnes… mais;

Hier, pendant un interview, on m’a posé la question si j’étais féministe… cela m’a fait réfléchir beaucoup. Je suis pour l’égalité des droits des hommes, des femmes, et transgenres.

On devrait avoir les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Jusqu’à là je suis peut être féministe.Mais de par le passé je me suis souvent faite insulter par les féministes de par le travail que j’ai fait et l’image que je semble véhiculer dans leur opinion; la femme oppressée, mal traitée etc.. Ce qui est fort loin de la vérité. Car je suis aussi pour la liberté de penser et d’agir (tant que cela reste consentant) comme cela me plaît.

Regardons ce qui s’est passé pendant la manifestation pour tous… les homosexuels ne devraient pas avoir les mêmes droits que les hétéros? Et pour quelle raison? Ils ont autant de droits et de devoirs que n’importe qui, non? Ce qu’ils font dans leur chambre, cela leur regarde, en quoi cela puisse gêner autrui?

Je suis une femme… et même en ayant les mêmes droits, je revendique le droit de me laisser traiter comme une “princesse”, d’aimer que l’on m’ouvre la porte, porte mes bagages, j’aime m’habiller très femme pour plaire à celui que j’aime. J’aime avoir mes fantasmes librement, même si cela implique de jouer la soumise, ou pas, selon mes humeurs, pousser mes limites pour lui plaire, car son plaisir me donne du plaisir. J’ai un corps de femme…en quoi cela est contre la nature de l’utiliser à mon souhait? C’est aussi mon droit, en tant que femme…

j’ai rencontré beaucoup de “puritains” aussi dans ma vie… je ne juge pas leur jugement, ils en ont le droit… mais moi je préfère célébrer la vie, et ma vie de femme. Ma bi polarité fait que j’ai plusieurs facettes plus extrêmes que d’autres personnes, que je vis les choses plus intensément, ce qui est galère souvent, mais donne aussi un saveur profond à mon intimité… est-ce mal? Et si oui, en quoi?

Le jugement, perpétuel jugement envers autrui…en quoi cela nous sert?  Les puritains jugent que “les autres” ne devraient pas faire ceci ou cela, mais qui sait où leurs propres  pensées vont?

Les féministes pures et dures, jugent que j’ai véhiculé une image de la femme soumise…mais n’ont pas comprises que personne ne m’a jamais obligé à quoi que ce soit…

Tant que nous respectons autrui… en quoi n’avons nous pas la liberté d’agir et de penser selon nos envies?

1Commentaire(s)
  • marc hornblower
    Posté à 12:07h, 02 août Répondre

    c’est compliqué de commenter ça. D’abord parce que tu as eu une vie “hors normes”, et que tu assumes pleinement; Ensuite parce qu’être hors-normes suscite forcément l’incompréhension voire le rejet du “main stream”. C’est vrai que la plupart de ce que j’entends ou lis de “féministes” se résume souvent à la contestation et de la revendication anti-mec, sans nuance sur la liberté pour chacune de vivre sa féminité comme elle l’entend. La radicalité du jugement, c’est une forme d’étroitesse d’esprit.

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre