Je suis une égoïste

Je suis une égoïste

Je l’avoue… j’aime mon petit confort. J’aime manger mon petit déjeuner au calme, avec ceux que j’aime. En hiver bien au chaud devant le chauffage. J’aime pouvoir serrer dans mes bras mes enfants, l’homme de ma vie. J’aime avoir la sécurité sociale, une éducation pour mes enfants. J’aime mon pays bien au calme, en état de paix. J’aime me balader dans la ville bien propre tout en admirant les immeubles, les rues. J’aime regarder les sourires des gens que je croise dans les transports ou magasins. J’aime, le soir venu, me coucher dans mon lit bien douillet, lire un bon bouquin, dire bonne nuit à ceux que j’aime, éteindre la lumière et m’endormir paisiblement.

 

Mais voilà… il y a des choses perturbantes. Quelque chose m’empêche ma tranquillité d’esprit.

 

Quand je marche dans la rue, je ne vois pas que des sourires des passants… je vois des gens qui doivent mendier pour pouvoir manger, je vois des gens qui n’ont pas où dormir, qui n’ont autre chose qu’un bout de carton comme lit douillet.

 

Je vois des enfants qui ne vont pas à l’école car obligés de mendier avec leurs parents. Je vois des visages, usés par la fatigue, par la maladie par l’abus. Des petites frimousses sales et tristes.

 

Je vois des couples d’homosexuels pointés du doigt, des femmes insultées et crachées dessus car, bin, car ce sont des femmes.

 

Quand j’essaye de rouler paisiblement dans ma voiture, je vois des gens qui n’ont même pas chaussures aux pieds pour pouvoir marcher. Sur la route je vois des camions avec des animaux entassés par dizaines dans des camions sans eaû,sans un peu de place pour pouvoir bouger, souvent en hurlant de peur et de douleur.

 

Je vois des personnes toutes seules devant leur fenêtre, tristement regardant dehors espérant accrocher le regard de quelque passant, peu importe qui, pourvu qu’il y aura la un peu d’attention humaine…

 

Et quand le soir venu, je veux me coucher dans mon lit douillet, tous ces images se bousculent dans ma tête, et je ne veux pas. Je ne veux plus voir ces choses, car cela me perturbe, moi, dans ma tranquillité.

 

Je suis égoïste, car toutes ces choses là font que je ne peux pas être complétement heureuse et tranquille. Je suis égoïste car pour être bien, il faut que les autres peuvent l’être aussi.

 

Je suis égoïste et c’est pour mon propre bonheur que j’ai décidé de me battre pour celui des autres.

Aucun commentaire

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre