Gouvernance circulaire©-la psychologie derrière

Gouvernance circulaire©-la psychologie derrière

ghandi, anonymousOn vit dans un monde de dualité, noir et blanc, haut et bas, droite et gauche. Mais on a besoin de tout cela  pour faire un ensemble. Au lieu de séparer ces choses, on peut les unifier. La couleur blanc  est le parfait ensemble de chaque couleur, par exemple.

Bien, ayant cela en tête, je vous explique un peu mon propre fonctionnement. Je suis un humain, femme, blanche,  bi polaire, surdouée (et cela est un handicap, non pas une position plus haute ) et hypersensible. Tout ce mélange m’a fort souvent causé des problèmes. Prenons juste l’exemple du coté de la bi polarité. Purée, les fois que j’ai maudit cette maladie! Mais j’ai appris à unifier, utiliser ceci comme une richesse. Le coté noir me permet de comprendre bien de choses et dans le coté positif, j’utilise ce savoir.

On est tous multi facettes, pourtant d’une façon ou d’une autre, nous avons appris, à faire fonctionner ces facettes dans une seule unité, notre personne.   On est tous un peu de droite quand cela nous arrange (shhht, faut pas le dire) et de gauche quand cela va dans notre sens. Ainsi que anarchiste. On est rempli de paradoxes, si on se l’avoue ou pas.

Je sais que je semble naïve parfois, mais je sais très bien comment est l’humain, étant rempli de paradoxes moi même. Il n’est pas juste de dire que il y a des bons et des méchants, des riches et des pauvres. L’humain est bien plus complexe que cela!

Je suis convaincue qu’on peut apprendre à fonctionner comme un unité, si on apprend à écouter l’autre, si on apprend à accepter de faire des concessions, à collaborer et à voir que cela à la fin nous apporte plus de ce qu’on croyais au départ. Mais nous avons perdu confiance, surtout en nous mêmes! La société fonctionne de manière à penser que “l’autre” est là pour nous dérober de quelque chose, et cette peur de perdre, nous rend aveugle à ce qui peut nous enrichir. Mais je suis sure qu’on peut apprendre!

Regardons nos jeunes; ils n’ont plus rien qui leur donne envie. Ils sont désespérés, sous évalués. (le taux de suicide grimpe de plus en plus)  Nous, les grands, sommes là pour créer leur futur, mais nous ne les impliquons même pas! On n’a plus le droit de créer, car on nous tamponne comme étant “utopiste”. Mais à force de ne plus avoir rien en quoi croire, ils n’ont rien.  Croire en ce que l’on estampille “utopiste” pour le moment, m’a sorti d’une phase très négative de ma maladie. Faisons un peu confiance.. qu’est-ce le pire qui pourra se passer? Souvent la peur est bien pire que la réalité.

Je veux une politique par le peuple. Et  pour cela faut glisser doucement vers l’idée de confiance, l’idée de collaboration, l’idée que nous formons une chaîne humaine et que chaque maillon est important. Le maillon faible, nous le réparerons ensemble.

On a donné trop de pouvoir à quelques personnes, car nous avons perdu confiance en nous mêmes. Soyons un exemple!

Supprimons des postes de “pouvoir” et rendons ces postes des postes d’honneur et de devoir. Le pouvoir est l’ensemble de la nation, l’exécution est dans la main de quelques personnes qui ont cette honneur qu’on leur donne. Commençons dans l’éducation, arrêtons la compétition en faveur de la collaboration. L’idée finira par pousser d’elle même ensuite. Soyons un exemple pour nos jeunes, écoutons les, et on aura probablement plein de choses à apprendre.

Comme disait Ghandi : Soyons le changement que nous voulons voir dans le Monde

pour cela, va falloir oser!

Aucun commentaire

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre