des raisons pour manger de la viande

des raisons pour manger de la viande

viandeLe goût de la viande m’a toujours énormément, plu. La texture, les sauces, le goût du jus (sang si on veut) qui dégouline dans ma bouche. L’odeur du poulet grillé. Le carpaccio et surtout le homard! mon Dieu, j’aimais ça!

Et bien sur, on m’a appris dès petit que la viande, bien cela faisait parti du repas et des produits nécessaires à notre santé. On avait, quand j’étais petite, la pyramide de 5 aliments qu’il fallait consommer, et la viande/poisson avait une grande place. Rien de plus normal donc!

Nous sommes des omnivores, capables de digérer viande et légumes. (ne pas confondre capable avec obligé)

Nous avons besoin de protéines, très important à notre santé (je me demande d’ailleurs comment font les gorilles et les vaches à trouver les leurs? mystère!)

Nous avons besoin de fer! (pourtant j’avais un plus grand manque de fer quand je consommais la viande, jamais trop compris pourquoi)

On a toujours fait comme ça! (ce qui est une très bonne raison!! le changement, l’évolution est une chose stupide)

Si nous ne mangeons pas les vaches, on en aura trop! (vrai, on va être envahi par ces bestioles, qui , à part d’être très envahissantes et méchantes, se mettent toutes seules enceinte constamment pour reproduire à toute vitesse)

J’aime tellement le goût! (raison valable, oui, j’aimais beaucoup aussi la coke, j’aurais du continuer d’ailleurs, quelle stupidité d’arrêter quelque chose qu’on aime)

En tous cas, ils sont déjà tués, dommage que de ne pas les manger! que leur mort ne soit pas en vaine (mais là où il n’y a pas de demande, il n’y a pas de produit)

Mais que mangions autrement? La salade? (merci à tous ces végétariens d’avoir préparé le chemin et qu’aujourd’hui on peut trouver de la fausse viande partout, et la cuisine italienne, chinoise, et indienne qui depuis la nuit des temps proposent des mets végétariens)

Les animaux ne souffrent pas, regarde les vaches souriantes sur les barquettes de viande  (oui, on le sait la pub est connue pour dire la vérité et les vaches ont du mal à se retenir pour ne pas courir vers les abattoirs)

Ah, mais Esther, toi tu parles, tu n’es même pas complètement végane! Oui! c’est vrai! mea culpa! je suis aussi faible que ceux qui mangent la viande… mais moi j’y travaille! je sais que mon comportement n’est pas encore parfaite, mais j’en suis consciente et fais ce que je peux pour améliorer.

Bref… je vous ai donné toutes les bonnes raison de continuer à manger de la viande, ne vous culpabilisez surtout pas. Mais essayez juste de réfléchir un peu à la quantité que vous consommez, peut être pourriez vous réduire un peu?

 

 

 

3 Commentaires
  • marc hornblower
    Posté à 17:29h, 30 octobre Répondre

    Esther, c’est toujours intéressant de lire tes interpellations, tes interrogations.
    « Nous avons besoin de protéines, très important à notre santé (je me demande d’ailleurs comment font les gorilles et les vaches à trouver les leurs? mystère!) ». Et les éléphants, les rhinocéros, les hippopotames, les pandas, et tant tant d’autres mammifères « de poids » qui fabriquent du muscle sans manger de protéines animales…
    Hé bien, mon ami Google m’informe que la plupart des végétaux contiennent des protéines, certes en quantité moindre. Le champion semble être le soja, d’où le succès du peu appétissant tofu dans les premiers temps du mouvement végétarien.

  • DM
    Posté à 20:35h, 29 novembre Répondre

    Petit rappel : l’homme est omnivore depuis la préhistoire ; c’est durant les hivers ou dans les endroits où il y avait peu de fruits et de racines qu’il devait manger des animaux pour se nourrir.

    Jusque dans les années 50, la viande était réservée aux personnes les plus riches, car elle était chère (mais de qualité).
    Dans les années 70, les gens avaient plus d’argent et on a commencé à dire qu’il fallait manger 1 steak par jour pour avoir des forces ! Heureusement nos connaissances en la matière se sont enrichies depuis.
    Aujourd’hui, la principale raison pour laquelle les gens consomment de la viande est d’ordre culturel. Notre société a placé la viande à la pointe de la gastronomie et la publicité du lobby de la viande nous enjoint régulièrement de respecter ce code social.

    Apparemment, depuis les années 90, les français consomment de moins en moins de viande : en cause les scandales alimentaires et les préconisations qui ne sont plus les mêmes.
    La diététique et la médecine ont évolué et elles recommandent de limiter la consommation de viande, qui est la cause reconnue de divers maux :
    un excès de viande est cancérigène en plus d’être trop acide pour l’organisme. Pour compenser et éliminer l’acidité et les toxines, cela entraîne fatigue, constipation, douleurs.
    Les études actuelles sont unanimes : la viande rouge est trop riche en acides gras saturés; sans parler de vache folle, la viande favorise les cancers du côlon, les maladies cardiovasculaires, l’obésité, la polyarthrite rhumatoïde.

    Par ailleurs, on ne peut plus ignorer les horreurs de l’industrie agroalimentaire : tous les animaux élevés de façon industrielle sont malades, gavés de vaccins, d’antibiotiques, de tranquillisants nocifs pour notre santé, bon appétit !

    Je vous ferai grâce des conditions et des moyens employés lors de l’abattage…
    Pour nous donner bonne conscience, nous nous racontons des histoires : si la viande est tendre c’est que la bête n’a pas souffert. Pour être acceptable, la mort de l’animal doit nous sembler comme nécessaire à notre survie, à notre santé…alors que l’élevage et l’abattage sont incapables d’assurer une hygiène à la viande.
    Certains se rassurent en se disant que la nature est cruelle ; mais les fauves ne font pas naître et n’élèvent pas les proies dont ils se nourrissent.
    Beaucoup devraient plutôt entendre couiner le jambon, bêler les côtelettes, mugir le faux filet : ce n’est plus de la viande dans l’assiette mais un animal, un être vivant, sensible et qui est en train de se décomposer.

    Pour ceux qui veulent réduire ou arrêter leur consommation de viande (industrielle et rouge surtout), sans renoncer aux protéines qui sont indispensables, vous pouvez vous régaler avec :
    les volailles, les œufs, les produits laitiers (de brebis c’est mieux que de vache), le poisson (de petite taille c’est plus sûr), les légumineuses, les pois, les oléagineux (amandes, noix…), le soja, le tofu, le seitan, la spiruline (les sportifs connaissent) et la liste n’est pas exhaustive.

    Pour ma part, je me situerais du côté des « flexitariens », qui sont adeptes d’une consommation modérée mais de qualité de viande, soucieux de l’impact que peut avoir leur consommation sur l’environnement et sur leur santé.

    Esther,
    Chez certains animaux herbivores comme la vache, les protéines proviennent: de graines de céréales (blé et orge), des tourteaux (de maïs, lin, tournesol, colza, orge, soja), de la luzerne (moi aussi je me coucherai moins ignorant ce soir LOL).
    Bien à vous.

    • Hottart Anne M
      Posté à 11:01h, 30 novembre Répondre

      Bravo DM

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre