Ça me saoule grave!

Ça me saoule grave!

alcoolJe me rends compte qu’une grande partie de la finance en France vient du vin, du champagne, cognac et autres boissons alcoolisés. Mais je suis vraiment énervée du fait que, à part de l’interdire à la télé et en voiture, il y a autant de publicité et d’appréciation pour un produit qui tue bien plus que la drogue, qui elle, est interdite. La drogue et la prostitution(tant qu’on y est) sont jugées comme problème à éradiquer, déplacer et surtout non pas accepter (donc au lieu de voir le problème comme sanitaire et aider)

Je vais être directe: je déteste l’alcool!

J’ai tout testé dans la vie, mais l’alcool non, pourquoi? J’ai connu l’alcool de par mon papa, c’était le démon contre lequel lui, et toute la famille se battait. Plusieurs personnes j’ai connu sous cette influence néfaste et pourtant on continue à inciter: bois, si t’es un mec! “tu ne bois pas de vin Esther?, franchement, faut apprendre!”

Je me suis droguée, merci, je sais que c’est l’addiction et je sais ce que c’est que de se mentir de se dire, “oui, j’en prends seulement de temps en temps, je peux arrêter quand je veux” ou bien ” si je ne prends pas cela, je ne me sentirais pas aussi bien, ou je n’oserais pas…”

Pourtant un jour j’ai compris que mon mental me racontait des mensonges, et j’ai eu la force d’arrêter. Je peux vous dire que la vie m’est bien plus agréable sans.

Je connais tant de personnes qui, parmi vous, disent: ” on boit un peu, pendant les repas, ou les soirées, c’est tout” pourtant, un verre par ci, un verre par là, ça fait beaucoup de verres. Et une fois ce verre de trop, vous avez l’air con, je vous jure! Posez vous la question: “si je mange un repas sans vin, est ce que j’aime mon repas quand même?” ou “si je passe une soirée sans boire, est-ce que je m’amuse quand même?” car si la réponse est “non”, cela veut dire que c’est devenu un “besoin”

Pourquoi avoir envie d’être sur un autre niveau que les autres? Pourquoi cette envie de se sentir légèrement ou lourdement enivré? C’est qu’il y a un problème à la base non?

J’ai vu des amis, périr à cause de la maladie de Korsakov,  je peux vous dire que ce n’est pas une belle façon d’aller vers la mort.

J’ai vu des femmes battues, des enfants battues, des familles déchirées

Certains finissent dans la rue

Je pense que l’alcool devrait être payé plus cher. On le fait pour les cigarettes, et pourtant on fume toujours. Mais au moins que cet argent là sert à soigner les dégâts causés. On crie quand on augmente les produits que l’on aime, qu’on baisse nos retraites, nos APL et autres. Mais si nous nous rendons compte qu’on peut aider les autres (ou nous mêmes) avec une augmentation ces produits de luxe (car cela n’est autre que cela), cela en vaut la peine, je pense.

La prochaine fois que vous levez votre verre; posez vous la question si ça en vaut la peine?

Est-ce chouette de ne pas pouvoir bander, rouler, embrasser (oui désolée on sent de la bouche quand on a bu) parler normalement, être un exemple pour ses enfants?

 

Je vous laisse le témoignage d’une copine de facebook, qui vient d’enterrer sa maman, à cause de cette maladie:

Tu m’avais préparée à beaucoup de choses, y compris à devoir accepter ce départ que tu savais proche. Cependant je n’étais pas prévenue ni prête quant à la difficulté de t’accompagner vers cette dernière destination : vivre ces innombrables jours à partager le moindre souffle de ta vie, dormir en fonction de ta respiration, trembler au moindre silence prolongé, redouter de nouveaux délires et hallucinations, être déchirée par tes cris de peur et de douleur, sécher tes larmes, essayer tant bien que mal de te rassurer, te ramasser et te soigner lors de tes trop nombreuses chutes, nettoyer ce sang que tu perdais chaque jour un peu plus … puis te voir là dans ce lit, immobile et souffrante, tes os essayant de transpercer cette peau devenue bien trop fine en raison de ta maigreur. Là, mourante face à mon impuissance …

En raison de ta maladie, j’ai dû m’occuper de toi dès ma plus tendre enfance. Les rôles mère / fille furent inversés si longtemps qu’aujourd’hui d’une certaine manière, j’ai l’impression de perdre à la fois ma maman et mon enfant ; comme le sentiment de devoir faire face à deux deuils en même temps. Bien étrange que cette binarité émotionnelle n’est-ce pas ?
Tu sais, je crois que les gen.te.s n’imaginent que peu ou pas les dégâts que peuvent causer l’alcool, tant sur la personne victime d’alcoolisme que sur son entourage. Tu auras été sous son emprise durant 30 ans. Cette merde aura détruit ta vie et une bonne partie de notre famille. Si tu savais comme j’ai la rage ! Se voir diminuer, régresser, oublier, souffrir, dépérir … tu ne méritais pas cette longue fin de vie où chaque respiration devient un enfer. Tu m’implorais de te libérer, de t’aider à mourir et je ne pouvais rien faire. Alors durant ces dernières semaines partagées avec toi et bien que terrorisée à l’idée de te perdre, j’ai supplié la mort chaque jour de venir te chercher. À présent les sons de tes sanglots, les images de tes derniers instants, ce que je te chantais lors de ton dernier souffle et l’odeur de ton corps mort défileront, résonneront et resteront gravés en moi pour toujours.

Je savais reconnaître le son d’un sourire dans ta voix, mais il n’y aura désormais plus qu’un silence assourdissant à l’autre bout du fil, ainsi que ton absence dans cet appartement que tu aimais tant, marquant physiquement le vide que tu laisses dans mon cœur et dans ma vie. La multitude des souvenirs qui s’entrechoquent dans ma tête est la preuve s’il en était besoin, de l’importance que tu avais pour moi. Combien de temps me faudra-t-il pour réaliser que je n’entendrai plus le son de ta voix ? Que plus jamais je ne t’aurai dans mes bras ? Que je n’aurai plus la chance de t’entendre rire et de voir ton regard rencontrer le mien ? Probablement une éternité, et chaque fois la douleur se réveillera face à cette réalité : tu n’es plus là. J’ai désormais si peur de vivre sans toi … mais les peurs sont faites pour être vaincues n’est-ce pas ? Alors je ne les laisserai pas me dominer. Le cran et la force extraordinaires qui jusqu’à ce jour ne t’ont pas quittée, sont à présent pour moi des trésors inestimables. C’est aujourd’hui en ces énergies que je puise pour faire face à notre séparation. Nous aurons parlé avec des mots, et nous aurons parlé sans. Dans les deux cas tu m’auras offert une sacrée leçon de courage qui changera le reste de ma vie pour toujours.

lire la suite ici/

Vous adhérez à mes idées? Vous adhérerez certainement à notre parti, j’aimerais pouvoir vous voir parmi nous: chainons.org

Aucun commentaire

Commenter

Recevoir une alerte pour tout nouvel article ?

Fermer cette fenêtre